Les Plantes Compagnes

Jardin pédagogique

Formation et animations autour des plantes

L’association Les Plantes compagnes est née au mois de mai 2000 à Pontarlier, sous l’égide de l’Aspérule odorante qui fleurissait les sous-bois environnants.

Cette fleur est devenue notre ambassadrice, elle nous a inspiré un logo et un jardin.

Après une vie de bohème bien remplie à Pontarlier, l’association a profité d’un petit vent du sud pour s’envoler à la recherche de l’écrin de verdure où elle pourrait s’enraciner.


Après avoir suivi la sinueuse Loue jusqu’à Montgesoye, elle s’est installée en 2012 non loin de la rivière aux eaux parfois vert émeraude, qui leur ont valu un conte de Vouivre au front orné d’une pierre d’émeraude précieuse.

 

Sur 1.8ha, le site est classé Natura 2000, bordé par le ruisseau d’Amathey dans lequel les écrevisses à pattes blanches se sont installées.

 

Les pies grièches écorcheurs sillonnent les prés et trouvent refuge et garde-manger dans les grandes aubépines épineuses.

 

En 2013 est né le premier jardin Étoile, qui représente les plantes et la santé au fil des saisons : une roue du vivant pour apprendre une prévention santé au long de l’année.

 

En 2014 ce fut le jardin Aspérule, avec ses plantes à usages. Puis le verger, l’arboretum d’arbres à usages, et un chalet abri de nos activités.

 

La vocation pédagogique de l’association s’est développée autour de ce jardin, avec des animations proposées de mars à octobre, ainsi que des rendez-vous ponctuels pour se rencontrer.

 

En 2022, l’École buissonnière y a vu le jour afin d’intensifier les échanges entre nos peuples, Végétal et Humain.

 

Véritables passerelles où nous nous relions à la nature, le jardin et l’association permettent les rencontres, qu’elles soient conviviales, expérimentales, pédagogiques… elles sont colorées de la diversité du vivant.

Le Jardin

Un des buts de l’association est de créer des liens entre les plantes et l’homme, afin de permettre à ce dernier de pouvoir s’intégrer à la nature, où sa nature profonde prend sa source.

 

Il est également important de créer un réseau incluant tous les acteurs intéressés : l’association souhaite développer un lieu ouvert, où l’on peut se rassembler autour du végétal.

 

Un jardin est un lieu enchanteur qui permet d’apprendre à connaître les plantes et les lois naturelles.

 

C’est autour d’un tel endroit que l’association souhaite créer des rencontres, rencontres humaines et végétales.

 

Le jardin est concret, il permet une pratique vivante, directe ; il raconte la nature, il raconte la vie, il est porteur de connaissances.

 

Il devient un support pour la reconnaissance botanique, pour des ateliers, pour des cours.

Un programme d’animations est proposé sur l’année.

La culture bio

cultivé en agriculture biogique, naturellement…


Cette parcelle de terrain sise sur la commune de Montgesoye est en zone protégée Natura 2000 et bénéficie d’un engagement agro-environnemental.


Un cours d’eau la borde : le ruisseau d’Amathay.


Un arrêté préfectoral stipule la protection des écrevisses à pattes blanches pour ce ruisseau, et pour sa protection, nous avons un cahier des charges à respecter.


Sur ce terrain existent 2 zones protégées :


Une zone de 20 m, de part et d’autre du ruisseau, non-constructible et non-cultivable.


Une zone de 100 m, de part et d’autre du ruisseau, où l’on ne peut pas utiliser des produits phytosanitaires.


Cette belle opportunité s’accorde spontanément avec les méthodes de l’agriculture biologique, les porteurs de projet étant eux aussi naturellement orientés vers ce mode de culture respectueux de la terre.


« Bio » signifie la vie, et « logo », l’étude : l’agriculture biologique est donc basée sur l’étude de la vie. La terre et ses micro-organismes, les végétaux sont vivants.

 

La bonne santé de la terre passe par la connaissance de l’organisation de la vie microbienne du sol, des invertébrés et autres petits animaux qui la peuplent, des plantes qui poussent spontanément.


Une agriculture utilisant la chimie est à l’inverse de tout ça, elle détruit tout ce monde vivant, elle ne permet pas le renouvellement naturel.


Lorsqu’on exploite une terre, on se sert de son humus fertile pour faire pousser les plantes de notre choix. Cet humus a besoin d’être renouvelé régulièrement pour ne pas s’épuiser. Renouvelé avec de la matière vivante va lui permettre d’être enrichit naturellement.


Le compost est issu de la dégradation de matières végétales et animales : tous les déchets verts et secs issus du désherbage, les déchets alimentaires de produits issus de l’agriculture biologique, les déjections animales… vont constituer une matière organique riche. Il est nécessaire d’équilibrer les apports carbonés, cellulosiques et azotés.


Certaines plantes aident à la décomposition et à l’enrichissement du compost : ortie, consoude, pissenlit, achillée millefeuille…


Deux méthodes : incorporer des couches de plantes coupées, ou préparer des purins de plantes. Pour cela, les laisser macérer dans de l’eau de pluie ou de source au soleil, puis filtrer. (Pour plus de renseignements, cf. la bibliographie).


Les petites branches coupées issues de la taille peuvent être passées au broyeur : c’est le BRF ou bois raméal fragmenté. Etalé en couche peu épaisse – quelques centimètres suffisent -, il permet de protéger la terre de la sécheresse. Sa lente dégradation va favoriser la régénération de l’humus.


L’utilisation d’engrais vert permet de ne pas laisser à nu les parcelles non cultivées, par exemple lors de la rotation des cultures. Les plantes de la famille des Fabacées, comme le trèfle, la luzerne, la vesce, et d’autres comme la phacélie, apportent de l’azote au sol.

 

Elles sont souvent mellifères, et attirent quantité d’abeilles, bourdons et autres butineurs, partenaires incontournables des végétaux.


Bibliographie :


Purins d’ortie et compagnie, de Bernard Bertrand, Eric Petiot, Jean-Paul Collaert – Editions de Terran


Le poireau préfère les fraises, de Hans Wagner – Editions Terre Vivante


Guide du nouveau jardinage, de Dominique Soltner – Collection Sciences et techniques agricoles – www.soltner.fr


Les plantes bio-indicatrices, de Gérard Ducerf – Editions Promonature


Pour une (agri)culture du vivant : le BRF, de Jacky Dupety – Editions de Terran


Votre potager biologique, de Vincent Gerbe – Editions Dangles

L'équipe